Conférence Monet Collectionneur – Rétrospective du musée Marmottan

Les Amis du musée de l’Annonciade recevaient, le 19 décembre 2017, Géraldine BRETAULT, Historienne d’Art diplômée de l’Ecole du Louvre, pour une conférence intitulée « Monet collectionneur ».

Géraldine BRETAULT, Historienne d’Art diplômée de l’Ecole du Louvre

La conférencière nous a présenté une rétrospective du musée Marmottan Monet à Paris.

Comment ne pas débuter par un point sur l’origine du terme « impressionnisme »? Il est bien connu que c’est le tableau de Monet intitulé « Impression, soleil levant » (1872) qui l’inspira. Mais c’est au critique Louis Leroy que nous devons le nom donné à ce courant.

Monet est né au Havre et grandit en Normandie. Il obtint sont premier tableau de Cézanne chez le Père Tanguy, un marchand de couleurs, en le troquant.

Monet et Renoir organisent ensemble des expositions indépendantes de peintres en marge des salons officiels.

Gustave Caillebotte fait partie de la collection de Monet grâce à un cadeau de son frère au décès de l’artiste: « les chrysanthèmes ».

Berthe Morisot est l’une des femmes artistes peintres soutenues par Monet: elle intègre naturellement sa collection.

Paul Durand Ruel, le premier grand galeriste international lui fait crédit à ses débuts: dès lors, Monet se met à acheter de nouvelles oeuvres.

Entre 1880 et 1890, la cote de Monet est multipliée par dix et Monet investira davantage dans le soutien de nouveaux artistes.

L’artiste Camille Pissarro se fait prêter par Monet de l’argent pour acquérir une maison. Une fois cette dette remboursée, il fait cadeau à Monet du tableau « Paysannes plantant des rames » (1891). A son décès, Monet aidera son épouse pour organiser sa succession et recevra de nouveaux tableaux en remerciements.

Eugène Boudin intégra également sa collection: c’était un voeu très cher de Monet qu’il considérait comme son maître et l’un des précurseurs de l’impressionnisme.

Nous pouvons également citer l’artiste John-Barthold Jongkind et sa toile « Une rue à Avignon », Paul Signac et ses petites aquarelles ou encore 46 estampes japonaises de Kitagawa Utamaro (parmi les 240 estampes japonaises qu’il possédait).

Renoir et Cézanne occupent la majorité de sa collection. Il possédait d’ailleurs pas moins de 14 toiles de Renoir.

C’est une partie peu connue de la vie de Monet que Géraldine BRETAULT nous a fait découvrir avec passion dans la salle du cinéma-théâtre la Renaissance. Nous la remercions infiniment pour cette conférence d’exception qui a ravi le public tropézien.

Marlène DURAND-VIEL, Géraldine BRETAULT, Geneviève LAFFIN-WALTHER, Martine WANONO

2018-02-19T10:29:39+00:00