Le 29 novembre 2017, les Amis de l’Annonciade ont eu le privilège de recevoir M. Bruno ELY, conservateur en chef du musée Granet à Aix-en-Provence ainsi que de M. Philippe Cézanne, arrière-petit-fils du peintre, pour une conférence intitulée « Cézanne at home ».

Bruno ELY, conservateur en chef du musée Granet à Aix-en-Provence

Philippe Cézanne, arrière petit-fils du peintre

 

Comment ne pas évoquer le titre « incongru » de cette conférence? Bruno Ely a immédiatement entamé son discours par quelques explications: il s’agit en fait d’un hommage à la Fondation Pearlman qui a déposé au musée d’Aix-en-Provence pendant un an l’un des chefs-d’oeuvres majeurs de sa collection conservée au Princeton University Art Museum dans le New Jersey (Etats-Unis).

Philippe Cézanne nous a fait l’honneur d’introduire cette conférence de qualité. Les mots d’un descendant du peintre sont en effet inestimables…

Cette conférence a largement évoqué le fait que Paul Cézanne était un artiste incompris de son époque. Fort heureusement, Cézanne ne peignait pas dans le but de se nourrir car, fils de banquier, il profitait d’une rente qui lui permettait de vivre sa passion.

De la peinture de Cézanne, nous retiendront qu’il préférait laisser du blanc plutôt que de recouvrir de façon hasardeuse, voire même achever une toile. L’aquarelle fait fusionner les couleurs, mais le peintre laisse sécher chaque couleur avant d’en poser une autre et gagne ainsi en structure tout en gardant la transparence.

Paul Cézanne a essentiellement peint dans la campagne aixoise, à l’Estaque, à Gardanne, dans l’atelier des Lauves et dans les carrières de Bibémus.

La leçon a tirer du destin de Cézanne: il faut aborder l’art avec plus d’ouverture. Nous devons conserver du recul et accorder un regard bienveillant à l’égard des artistes contemporains.

L’événement a rempli la salle de cinéma-théâtre la Renaissance.

Merci à Bruno Ely et Philippe Cézanne pour cette conférence exceptionnelle!

De gauche à droite: Bruno Ely, Philippe Cézanne, Paul Reynet, Marlène Durand-Viel, Martine Wanono

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires